Nîmes
Société
Par Chay Christophe
Publié le 13/06/2021 à 18:00

Nîmes : la fête, malgré tout, pour le Week-end taurin

Affluence des grands soirs sur les boulevards et dans les rues de l’écusson nîmois. L’organisation des spectacles taurins aux arènes a dopé la fréquentation des terrasses des cafés et des restaurants du parvis des arènes. Même si la feria n’avait pas revêtu son « habit de lumières », le Week-end taurin a eu son effet sur le chiffre d’affaires des commerçants concernés.


Côté clients, l’envie de faire la fête est réelle. Tous rêvent d’un retour à la vie normale. Pas simple de faire respecter les gestes barrières autour des tables lorsque que des amis ou des passants s’arrêtent pour partager un moment. Rue Fresque, le bar taurin « Le 421 » a même préféré tirer son rideau à 20 heures plutôt que de risquer une fermeture administrative.


Pour les responsables, ce retour à la fête fait du bien mais si tous sont bien conscients que ce n’est pas le véritable esprit de la feria. Les DJ observent une envie de « s’ambiancer » chez les clients, mais surveillent attentivement leur niveau sonore pour calmer toute éventualité de mouvement incontrôlable. Tous espèrent un retour à la vraie fête pour la Feria des Vendanges ou éventuellement pour la Pentecôte 2022.


Interviews : Christophe Brunetti (gérant de la Brasserie des Antonins), Nicolas Delprat (gérant du Victor-Hugo), Franck Delclaux (gérant de la Bonne Mousse).